AS WE ARE BLIND [2016]


Installation interactive pour aura et piano mécanique

Dimensions variables (approximativement 6.5 X 4 m)



Au centre d’une pièce à la scénographie épurée, un piano mécanique joue la partition la plus intime : celle du spectateur. Conductance, température de la peau, poids de la main, rythme cardiaque... As We Are Blind calcule et interprète en temps réel le champ électromagnétique humain sous la forme d’une production musicale et photographique unique.



Développement informatique et accompagnement technique : Guillaume Libersat
Composition musicale : Quentin Denimal
Recherche en informatique musicale : Algomus (P. Allegraud, M. Caron, M. Giraud, R. Groult, E. Leguy)

Conception capteur : Métalu.net (Antoine Rousseau, Jean-Marc Delannoy)

Mécanisation piano/coordination scénographie : FabLab Usines Nouvelles (Cyril Chessé, Simon Macias)

Conception décor : Sophie Laroche
Ferronnerie : Strukenfer (Olivier Monteil)



Une production Bipolar (Mathieu Argaud), cofinancée par Pictanovo, dans le cadre du Fonds Expériences Interactives. Avec le soutien du Conseil Régional Nord-Pas de Calais, de la Métropole Européenne de Lille, de la CCI Grand-Hainaut, du Centre National du Cinéma et de l’image animée.


Coproductions : Rurart Centre d’art contemporain, Le Lieu Multiple Poitiers et Les Usines Nouvelles, dans le cadre des Résidences d’artistes en entreprises de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes.


Ce projet a été sélectionné par la commission mécénat de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques qui lui a apporté son soutien.


Avec la participation du DICRéAM (Ministère de la Culture et de la Communication / CNC), le soutien de la Ville de Lille (programme Ville d’arts du futur) et l’aide de la Maison Folie Beaulieu – Ville de Lomme.


Recherche et développement informatique par Fuzzy Frequency (Guillaume Libersat), en collaboration avec le CNRS et l’équipe Algomus (CRIStAL / MIS / SCV).


Remerciements: Guillaume Libersat, Quentin Denimal, Mathieu Giraud et l’équipe Algomus, Mathieu Argaud, Christine Graval, Cyril Chessé, Simon Macias, Sophie Laroche, Antoine Rousseau, Jean-Marc Delannoy, Olivier Monteil, James Chaigneaud, Patrick Treguer, Marika Boutou, Denis Meunier, Franck Courtioux, Cécile Picard-Limpens, Nicolas Ammeux, Jérôme Copin, Quentin Deyna, Simon Larre, Didier Bedat, Julien Rat, la communauté des Usines Nouvelles et tous ceux qui ont participé, de près ou de loin, à la réalisation de ce projet.



PHOTOGRAPHIER ET JOUER L’INVISIBLE


Le spectateur pose la main sur un capteur qui mesure en temps réel son activité électrodermale – une action permettant de dresser aussitôt sa cartographie émotionnelle. Les valeurs recueillies, qui représentent des variations propres à chaque individu, sont d’abord converties sous forme d’image par l’impression d’une photographie révélant « l’aura » du spectateur, la manifestation de son champ électromagnétique.


L’empreinte de sa présence invisible est ensuite analysée par un programme informatique capable, en suivant des règles de composition préétablies, de transcoder ces données physiologiques en partitions musicales, et ce par une technique d’analyse et de génération de musique informatique.


La musique ainsi générée est transmise en temps réel au piano mécanique se trouvant dans l’espace de l’installation. Le spectateur entend alors les notes et voit les touches du clavier s’enfoncer d’elles- mêmes, comme si un pianiste fantôme interprétait la mélodie correspondant à son état d’âme.


As We Are Blind vise à instaurer une relation intime et privilégiée entre l’individu et la technologie, de manière à lui faire prendre conscience de la qualité de sa propre présence dans l’œuvre. Ici ce n’est pas la musique qui génère des émotions: c’est l’état émotionnel du spectateur qui est à l’origine du corpus musical.




































VÉRONIQUE BÉLAND   [ projets ]   [ biographie ]   [ démarche artistique ]   [ cv ]   [ nouvelles ]   [ contact ]